Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Anti-douleurs, anti-inflammatoires: le rôle crucia...

Anti-douleurs, anti-inflammatoires: le rôle crucial de votre pharmacien

Retour
2a pharmacien conseil red

Dans une carte blanche publiée dans Le Soir au mois de janvier, le Professeur Jean-Michel Dogné, Directeur du Département de Pharmacie à l’Université de Namur et Expert en sécurité des médicaments à l’agence européenne des médicaments, tirait la sonnette d’alarme et invitait à mieux encadrer le libre accès à certains médicaments aujourd’hui trop banalisés. Nous faisons le point avec Alain Chaspierre, pharmacien et porte-parole de l’Association Pharmaceutique Belge. 

Dans de nombreux pays, de plus en plus de médicaments sont disponibles librement, dans les rayons de magasins, à l’instar des «drugstores» américains. 

C’est ce qui a incité le Pr Jean-Michel Dogné à attirer l’attention des décideurs à travers une carte blanche publié dans Le Soir, et relayée depuis par de nombreux médias.

Trop facile, pas sans risque 

Un médicament est un traitement, un remède, et tout remède comporte des risques d’effets indésirables, écrit le Pr Dogné: «Au contact des patients, les professionnels de la santé s’assurent quotidiennement de l’adéquation du traitement, notamment du choix des médicaments dont le pharmacien garantit plus spécifiquement le bon usage. Or, les médicaments sont de plus en plus faciles à obtenir et peuvent entraîner des risques majeurs pour la santé.»

France, Royaume-Uni, Suède… 

En cause, avant tout, des antidouleurs courants comme le paracétamol et certains anti-inflammatoires, qui étaient librement accessibles au public dans les pharmacies. 

Ainsi, en Suède le paracétamol, autorisé pour la première fois en vente libre en dehors des pharmacies en 2009, a été «reclassé» en 2015 pour ne plus être disponible qu’en pharmacie. De même, en France, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé a imposé depuis le début de cette année que les médicaments contenant du paracétamol et certains anti-inflammatoires non stéroïdiens soient à nouveau accessibles uniquement derrière le comptoir du pharmacien. 

Changement de cap donc pour certains pays qui, à l’instar des Pays-Bas notamment, avaient décidé la vente de certains médicaments dits «courants» via d’autres canaux, comme la grande distribution. 

C’était oublier, comme le rappelle le Pr Dogné, que les pharmaciens jouent un rôle majeur dans la bonne utilisation des médicaments et assurent le suivi du dossier pharmaceutique du patient permettant notamment d’identifier des interactions médicamenteuses ou des contre-indications potentiellement mortelles.

Le saviez-vous?

En enregistrant les différents médicaments que vous prenez, votre pharmacien est en mesure de mieux vous conseiller et d’éviter les problèmes éventuels. En effet, certains médicaments ne sont pas compatibles entre eux. Leurs effets peuvent se renforcer mutuellement ou, au contraire, s’annuler. Et vous, avez-vous déjà un pharmacien de référence?


Cet article a été réalisé par 

Vous l'avez aimé ? Rendez-vous sur leur site !


Article réalisé par Letz be healthy
Voir plus d'articles